Les bases pour une belle peau

Posted: mars 19, 2018 By: Comment: 0

Une belle peau, peau de pêche, fraiche, douce et claire…nous en rêvons toutes.

Et surtout… pourvu qu’elle passe l’épreuve du temps ! Miroir, mon beau miroir… A ce propos, une petite digression… je dirais que si nous la voyons vieillir…c’est que nous avons la chance de vieillir avec elle… Ce qui n’est malheureusement pas le cas pour tout le monde, certaines et certains nous ayant quittés trop vite.

Une belle peau disais-je… ? Tout commence par le fait de savoir quel est votre type de peau car certaines attentions vont être différente selon ce ‘type’. Donc peau normale, peau grasse, peau sèche, peau mixte ?…auxquels s’ajoute quelques types beaucoup plus spécifiques tels peau sensible, peau réactive, peau atopique, peau déshydratée… ?

Ce que l’on appelle ‘type de peau’ est en fait sa ‘nature’.

Chez vous est-elle d’un naturel ‘normal’, ‘sec’, ‘gras, ‘mixte’… ? Sachant que ce ‘naturel’ se décline au pluriel. Il y a le naturel de départ, celui de notre naissance, et le naturel de vie, celui qui reflète votre mode de vie. Car en fait notre peau nous enveloppe, nous protège, respire…et se fait le reflet de notre vie, de nos habitudes, de nos comportements, de nos pensées, de nos angoisses. Elle est sensible à nos émotions…très sensibles…gardons toujours cela à l’esprit. Essayons d’être bienveillantes envers elle, cela pourrait nous aider à être bienveillantes envers nous-mêmes tout simplement !

Par là je voudrais nous amener sur le terrain de ce que l’on appelle la beauté holistique. Je suis ravie que l’on se mette enfin à regarder la peau comme un organe vivant en interactions constantes avec l ‘intérieur et avec l’extérieur, organe vivant qui a ses spécificités, et non plus comme une donnée ‘plastique’…sans âme, sans ‘nature’. Car en fait elle est un véritable microbiome (petit monde)…c’est-à-dire un écosystème connecté, avec un biotope (milieu) et une biocénose (êtres vivants) qui ne s’arrête jamais de fonctionner !

Il est important de développer une routine qui respecte sa biochimie.

Vous allez mieux comprendre pourquoi en prendre soin au naturel c’est d’abord et avant tout respecter quelques règles, pour s’assurer qu’elle se porte comme un charme, flore et faune comprises.

Lorsque l’on se penche sur l’anatomie de la peau, on remarque que sa surface est recouverte d’un film hydrolipidique : un mélange de sueur et de sébum qui forme la flore cutanée :

-le sébum forme un film protecteur à la surface de la peau, qui empêche l’eau de s’évaporer et qui permet de lutter contre les germes pathogènes.

-la sueur permet en premier lieu d’éliminer la chaleur, mais elle est aussi responsable de l’hydratation de la peau et de l’équilibre de la flore cutanée.

La quantité et la qualité du film hydrolipidique déterminent le type de peau, cette fameuse ‘nature’ qui varie notamment en fonction de l’âge et de la santé, du climat, de la pollution et de l’hygiène de vie.

D’autant que cette flore est aussi accompagnée d’une faune… toutes nos petites amies les bactéries, que l’on ne voit pas et c’est tant mieux, mais qui s’occupent de bien des choses pour nous ! Responsables de la disparition de bon nombre de peaux mortes en les digérant par exemple, l’éclat du teint est en grande partie lié à elles.. Or les bonnes, celles que l’on souhaite, sont très sensibles à la qualité du film hydrolipidique et au pH de surface de la peau, puisque c’est ce « milieu de vie » qui conditionne leur présence.

Vous la voyez votre peau vivante… et vous comprenez mieux l’importance qu’il y a à la considérer comme telle ! Sachant qu’il ne s’agit là que de la partie émergée !

Mais ne tremblons pas ! Certes elle est sensible à nos émotions, à la pollution, à ce que nous mangeons, mais elle est aussi formidablement forte, dynamique et ‘plastique’ cette fois-ci dans le sens de ‘adaptable’. En particulier et heureusement le pH de la peau peut varier. En effet si votre peau est devenu trop grasse ou trop sèche, ce qui est directement lié à la quantité et à la qualité du film hydrolipidique, ce n’est pas une fatalité, les soins et attentions que vous allez lui apporter peuvent améliorer cette ‘nature’, pour que vous vous rapprochiez de votre pH originel. En général aux alentours des 5. Certains soins aident même à rétablir cet aspect…vous me suivez aussi?!

Si il est bon de développer une routine qui la respecte dans tous ses aspects ‘vivants’… il est bon également que cette routine respecte sa chronobiologie.

La chronobiologie cosmétique, qu’est-ce que c’est ?

Le fonctionnement de l’organisme est soumis à un rythme biologique calé sur les 24 heures d’une journée. Nos fonctions biologiques et comportementales suivent ce rythme mais doivent faire face à de possibles dérèglements, liés aux rythmes de vie, aux conséquences plus ou moins importantes. Or, la peau n’échappe pas à ce processus.

Des recherches en chronobiologie ont montré que plusieurs aspects de la fonction cutanée, comme la perméabilité, la réparation et l’épaisseur de la peau évoluent dans une journée selon des rythmes périodiques.

Le jour, elle se défend contre les agressions extérieures telles que le vent, le soleil, le froid ou encore la pollution alors qu’elle profite de la nuit pour se régénérer. Ainsi, c’est entre minuit et 1 heure du matin que le nombre de divisions cellulaires est le plus accru. Le manque de sommeil peut donc avoir un impact sur la qualité de la peau et son vieillissement.

 

Une routine beauté en 3 phases

On peut noter 3 grandes périodes dans une journée de 24 heures. Autant les mettre à profit pour augmenter l’efficacité de nos soins :

_ Le matin : la fonction barrière est maximale, il est donc inutile d’apporter à la peau des soins trop riches qu’elle ne pourra pas assimiler. Le geste le plus utile le matin ? L’hydratation. Mais comme la peau s’active dans la journée au renforcement de ses défenses, il faut aussi lui apporter un petit coup de pouce, comme avec une crème solaire protectrice.

_ Le début d’après-midi : l’épaisseur de la peau du visage est minimale, c’est l’heure idéale pour les soins du visage qui ont pour objectif la relaxation, comme le modelage, les massages. L’objectif ? Relancer la micro-circulation cutanée pour donner un coup de fouet à la peau.

_ Le soir : pour les soins comme le gommage, l’exfoliation, le peeling, il est préférable de les faire le soir avant de se coucher. Comme le corps va se reposer, la peau aura tout le loisir d’assimiler les nutriments apportés par le produit qui va pénétrer et agir en profondeur. C’est le moment qu’elle choisit pour mettre en place des processus de rénovation et de réparation cellulaire. La nuit, pendant le sommeil lorsque la peau n’est pas agressée par des éléments extérieurs, elle élimine les toxines et répare les dommages

Et bien je crois que nous avons jeté les bases horaires et biochimiques d’une routine essentielle à notre peau et respectueuse de son microbiome. Evidemment les produits contenant du calcium de qualité, des silicates d’argiles et des pré-biotiques seront parfaits !

Bientôt un focus sur les détails de la routine.

Isabelle, créatrice de Qhéaz.